Rechercher
  • L'historienne

"De l'émerveillement naît le respect" : Ségolène Cavelot, une artiste en Arctique

Mis à jour : juil. 30

Alors que nous atteignons des records de températures année après année, que diriez-vous d’un peu de fraîcheur ? Pas besoin de prendre l’avion, je vous donne rendez-vous en Arctique… au Musée d’Art et d’Archéologie du Périgord à Périgueux.

Je vous propose un voyage par procuration avec l’artiste Ségolène Cavelot, ciseleur et bronzier, que le confinement a retenu dans une résidence d’artistes à Akunnaaq, au Groenland. À travers ses œuvres exposées, elle nous propose de nous émerveiller face aux beautés de notre planète et de ses habitants, afin d’éveiller les consciences à la nécessité de leur préservation, sans jugement et avec beaucoup d’humanité. Car

« le premier pas du respect passe par la connaissance ».



Qui est Ségolène ?


Périgourdine d’adoption, Ségolène Cavelot est artisan d’art diplômée de l’école Boulle à Paris en option ciselure. Elle trouve son inspiration dans des techniques ancestrales, alliant ainsi tradition et modernité. Sensible à l’impact de l’homme sur son environnement, ses œuvres mêlent matériaux recyclés et matériaux nobles, devenant ainsi le reflet d’un savant mélange entre histoire, écologie et transmission. Aujourd’hui installée dans le centre historique de Périgueux, elle propose ses créations empreintes de ses valeurs dans sa boutique-atelier La Tour des Anges.


Une artiste engagée


Ségolène crée pour apporter un regard différent sur une réalité. Un regard qui éveille, qui interroge, qui crée une émotion.

« Peut on encore, en 2020, mener des combats et dénoncer des situations grâce à nos créations ? » , s’interroge-t-elle.

Tout en humanité, sa réflexion sur la protection de l’environnement se veut holistique. L’homme s’est déconnecté de sa propre réalité cherchant à adapter son environnement à ses envies, plutôt que de s’adapter à celui-ci. Et pourtant, il n’y a pas une recette écologique miraculeuse à appliquer à tout le monde, tout doit se faire dans le respect de chacun. Apporter la connaissance et l’émerveillement plutôt que le jugement, afin que chacun puisse faire de petits gestes à son humble niveau.


Les expéditions de la Tour des Anges

Pour sensibiliser à travers ses créations, Ségolène s’est lancée dans un projet plus ambitieux. Les expéditions de la Tour des Anges est une association qui lui permet de partir en immersion dans des lieux qui émerveillent et qui sont touchés par l’impact de l’homme. Le but ultime est de faire prendre conscience « qu’il n’y a pas de petits gestes quand nous sommes 7 milliards à les faire. »

Passionnée des pôles et des milieux extrêmes, elle a trouvé un moyen de mêler son travail de création avec sa passion pour l’écologie. En partant en résidence d’artiste au Groenland, elle a vécu en immersion totale parmi les habitants d’Akunnaaq. Son mois de résidence a même été doublé à cause… et grâce au confinement !

Un projet pédagogique avant tout


« Le premier pas du respect passe par la connaissance »

La construction de ce projet artistique est avant tout humain. Rencontrer une autre culture afin de sensibiliser à ses problématiques, c’est aussi confronter ses idées sur l’écologie à une réalité différente, réfléchir l’écologie sous en angle différent de celui du monde occidental. Il y a une différence énorme entre l’industrialisation de la mort des animaux dans le monde occidental, et une chasse de subsistance dans un milieu où les légumes ne poussent pas…




Ceci dit, dans notre monde occidental, la connaissance est à portée de clic, et ne suffit pas à éveiller les consciences réfractaires aux injonctions. Et c’est là que Ségolène opère avec sa sensibilité artistique et sa capacité à transmettre son émerveillement.


De l’émerveillement naît le respect


Ségolène est revenue du Groenland avec beaucoup de matière première brute : des photos, des vidéos, des sons, des matériaux à recycler, des croquis… Tout ceci afin de mener à bien une exposition qui permette d’émerveiller le visiteur aux beautés de notre planète et à sa fragilité. Si la connaissance ne suffit pas, croyons en notre capacité à nous émerveiller afin de nous donner l’envie de protéger notre environnement !



Jusqu’au 21 septembre 2020, elle expose ses œuvres au Musée d’Art et d’Archéologie de Périgueux, où vous aurez d’ailleurs la possibilité de voir ses images tournées au Groenland, et montée par L’historienne :) Vous aurez aussi la chance d’assister à des ateliers et/ou visites organisés par ses soins.


56 vues

Contactez-moi pour écrire ensemble vos plus belles histoires

  • White Twitter Icon
  • White Facebook Icon
  • White Vimeo Icon
  • White Instagram Icon

© 2019 - Stéphanie Ballay

Stéphanie Ballay